Epidémie d’E. coli : un mort en Suède, les concombres danois hors de cause

L’épidémie causée par des concombres contaminés par la bactérie E. coli vient de faire sa première victime en Suède, une femme qui avait été admise à l’hôpital le 29 mai dans un état très critique. Un homme norvégien est en ce moment hospitalisé, et son état pourrait être lié à l’épidémie qui sévit actuellement et a déjà fait 15 morts en Allemagne. Les concombres utilisés en Allemagne provenaient d’exportateurs de différents pays, dont le Danemark. Après des études réalisées par les services sanitaires, il s’avère que les concombres danois sont hors de cause. Les suspicions se tournent désormais vers des lots espagnols et allemands.

Par Marie-Sophie Germain
Source : Radio Sverige, The Copenhagen Post

Danemark : le restaurant Noma accusé de « fascisme et nazisme »


Dans un article du quotidien Politiken, la chroniqueuse Ulla Holm accuse de fascisme la cuisine du restaurant Noma (meilleur restaurant du monde en 2010 et 2011). Ce type de raisonnement rappelle celui d’Antoine Buéno, qui assimile le mode de vie des Shtroumpfs à une idéologie nazie et communiste (vie en collectivité, grand chef tout puissant, Shtroumpfette aryenne, vilains Shtroumpfs noirs, etc…).

Ainsi, selon Ulla Holm, le fait que Noma se focalise sur la gastronomie nordique excluant d’autres types d’aliments d’origines différentes, est une forme de fascisme : « la nourriture que nous mangeons a toujours été impregnée par l’idéologie et – comme pour l’aménagement paysager des années 70 – aujourd’hui il y a des similitudes frappantes entre le fascisme/nazisme et la nouvelle cuisine moderne d’avant-garde scandinave, dont le principal représentant est le restaurant Noma. »

Lire la suite

Le régime amincissant Xtravaganza fait des victimes en Scandinavie

Depuis une quinzaine d’annés en Suède (et désormais en Norvège, en Finlande et au Danemark), un concept fait fureur chez ceux et celles qui veulent maigrir : Xtravaganza. Sous ce nom excentrique se cache en fait un programme qui allie entraînement sportif et régime amincissant drastique, prônant un total changement de style de vie dans une optique holistique. Pour environ 20 euros par semaine, chaque participant se rend dans un centre et peut choisir entre 3 programmes et 3 niveaux d’intensité, selon le temps à consacrer au programme et le nombre de kilos à perdre.

Côté régime, il faut se nourrir de sachets de soupes ou de milk-shakes à raison de moins de 500 calories par jour. Selon les témoignages des abonnés à cette méthode, les résultats sont rapides et spectaculaires. Mais de nombreux professionnels de santé viennent d’alerter le siège de la société en Suède – qui compte 140 centres – que cette extrême restriction sur le long terme peut entraîner de graves problèmes de santé. En effet, dans ce pays, plusieurs femmes ont du être hospitalisées pour cause d’intoxication, de lésions à plusieurs organes et de sérieux problèmes digestifs.

Par Marie-Sophie Germain
Source : Yle

Suède : une récompense pour les cochons à la queue en tire-bouchon ?

Selon le professeur Bo Algers, de l’Université des Sciences Agricoles de Suède, la queue en tire-bouchon des cochons est un gage de qualité, un signe que l’animal a été bien traité. Lui et plusieurs experts proposent ainsi d’offrir une récompense financière aux éleveurs dont les animaux présentent cette particularité. En effet, dans la production de porc suédoise, c’est malheureusement la quantité qui l’emporte sur la qualité. Le ministre de l’agriculture Eskil Erlandsson est d’ailleurs en trains d’enquêter sur la possibilité d’utiliser des financements pour aider les fermiers suédois, et leur faisabilité par rapport aux règles de l’Union Européenne.

Par Marie-Sophie Germain
Source : Radio Sverige

Danemark : silence autour du halal

Une étude supervisée par l’hebdomadaire Søndagavisen vient de révéler qu’1/3 des Danois pense que l’abattage selon le rite halal devrait être interdit, afin de respecter le bien-être animal. Il faut savoir qu’au Danemark, près de 100% des poulets sont halal, parce que la plupart des volailles sont exportées vers les pays musulmans. Pourtant, la majorité de la population danoise est chrétienne ou athée et consomme cette viande.

Alors que 96% des Danois mangent régulièrement du poulet, 67% ne sont pas au courant qu’il s’agit de poulet halal. En effet, le signalement du mode d’abattage sur l’étiquette n’est pas obligatoire et rares sont les marques qui le mentionnent. Le Conseil des Consommateurs Danois (DCC) pense qu’il n’y aura malheureusement pas de nouvelle régulation pour changer cela : « il y aura peut-être un débat sur le bien-être animal durant l’abattage, mais le Conseil de l’Éthique Animale a donné le feu vert pour l’abattage halal », explique la porte-parole du DCC, Camilla Udsen.

Par Marie-Sophie Germain
Source : JP

Finlande : les autorités sanitaires testent le niveau de radiation de la nourriture importée depuis le Japon

L’agence des Autorités Sanitaires Finlandaise vient d’annoncer que tous les aliments récemment importés depuis le Japon seraient testés, afin de dépister un éventuel taux de radiations, suite à l’incident nucléaire du réacteur de Fukushima. C’est surtout la sauce soja et le poisson qui sont en ligne de mire. Les résultats des premiers tests seront révélés jeudi prochain, et la Finlande recommande vivement aux autres états européens de suivre son exemple.

Par Marie-Sophie Germain
Source : Yle

Suède : des poulets torturés avant l’abattage


L’Administration Nationale de l’Alimentation en Suède, (Livsmedelsverket) vient de découvrir que des poulets ont fait l’objet de souffrances abominables et illégales dans trois abattoirs du pays : les volatiles ont été ébouillantés et plumés vivants, alors que normalement ils auraient du être abattus avant cette étape. L’agence considère qu’il s’agit une extrême violation des droits des animaux : « ébouillanter et plumer un oiseau alors qu’il est vivant et conscient provoque des douleurs intolérables. »

Le directeur régional de l’agence Thomas Jönsson a révélé que quatres cas avaient été découverts en février, d’après des informations données par des vétérinaires. Il dit ne pas comprendre pourquoi ces quatres actes de torture ont été commis le même mois, car cette « méthode » n’est pas sensée augmenter la cadence de production par exemple. En temps normal, les volailles sont d’abord électrocutées dans de l’eau, puis saignées, avant d’être, une fois mortes, ébouillantées et plumées. Bjorn Elb, de l’un des abattoirs incriminés, Torsåsens Fågelprodukter, a déclaré que l’équipe a été informée : « nous avons une tolérance zéro pour ce genre de choses. »

Par Marie-Sophie Germain
Source : The Local