Des femmes suédoises inséminées avec le sperme d’un donneur atteint d’une maladie génétique rare

Branle-bas de combat à la banque de sperme danoise Nordic Cryobank : des femmes suédoises y auraient été inséminées avec la semence d’un donneur porteur d’une maladie génétique rare, la neurofibromatose de type 1 (maladie de Recklinghausen). Rappelons que le sperme danois est très populaire auprès des étrangères qui souhaitent devenir maman grâce à un donneur anonyme.

Selon Peter Bower, un représentant de Nordic Cryobank, il est en effet très probable que des femmes suédoises aient bénéficié de ce sperme défectueux, étant donné que ce sont en majorité des Suédoises qui viennent se faire inséminer au Danemark. « Nous avons livré ce sperme à entre 10 et 15 cliniques danoises, mais nous ne savons pas s’il a beaucoup été utilisé ou non ». Jusqu’à maintenant, il a été établi que 9 enfants ont été concus avec ce sperme, et ceux-ci ont 50% de chance de développer la maladie. Ni le donneur ni la banque de sperme n’étaient au courant.

Lire la suite

Publicités

Danemark : le danois trop difficile à apprendre, même pour les Danois

En Croatie, un enfant de 15 mois est capable de comprendre environ 150 mots, alors qu’un enfant danois du même âge n’en comprend que 84. Comme l’indique la linguiste Dorthe Bleses, ca n’est pas parce que les enfants du pays d’Andersen sont moins intelligents, mais parce que leur langage comporte beaucoup trop de voyelles.

En danois, les voyelles « officielles » sont au nombre de 9 : a, e, i, o, u, æ, ø, å et y. Mais le souci commence quand les Danois parlent, puisqu’en réalité il existe 40 sonorités de voyelles différentes. En effet, même les sons des consonnes peuvent se transformer en voyelles, et la même voyelle peut sonner différemment, selon sa place dans le mot et l’intonation de la phrase… De plus, beaucoup de Danois mangent la fin de leurs mots (un phénomène appelé élision), ce qui rend encore plus difficile la compréhension et l’apprentissage.

Lire la suite

C’est en Norvège qu’il fait bon être maman

L’organisation humanitaire Save The Children vient de donner les résultats de son enquête annuelle sur les pays où les mamans et les enfants sont les mieux traités en matière de santé, d’éducation ou de considérations économiques. C’est la Norvège qui remporte la première place ! Elle est suivie de l’Australie, puis de l’Islande, la Suède et le Danemark. La France se situe en 1oè position, et c’est l’Afghanistan que l’on retrouve en dernière place, juste après le Niger.

Par Marie-Sophie Germain
Source : Save The Children

Danemark : le petit prince Christian sera le premier membre de la famille royale à aller à l’école publique

Le Prince Frededik et la Princesse Mary de Danemark l’ont décidé : leur fils Christian, ira à l’école publique ! C’est contraire à la tradition, qui veut que les enfants de la famille royale de Danemark bénéficient d’une éducation en institut privé. Christian, 5 ans, sera le premier membre de la famille royale à aller à l’école publique. Ses parents souhaitent qu’il soit élévé « aussi normalement que possible », dans une optique égalitaire. Christian entrera donc cet automne à l’école Tranegårdskolen de Gentofte, dans une banlieue chic de Copenhague. L’école compte environ 500 élèves, dont 25 maximum par classe. Sur le site de l’école, qui remercie le couple royal de lui faire confiance, on peut lire : « comme c’est le cas avec tous les autres enfants de Gentofte, nous ferons de notre mieux pour respecter les attentes des parents. »

Par Marie-Sophie Germain
Source : The Copenhagen Post

Finlande : des petits écoliers jouent à Kate et William

Hier, 2 milliards de personnes avaient les yeux rivés sur leurs écrans pour assister au mariage de Kate et du Prince William à Londres. En Finlande, des enfants ont reconstitué cet événement à la Wendy House de Turku, une école privée anglophone visitée par la Reine Elisabeth en 1976. A la question « voulez-vous couper le gâteau de mariage », les écoliers ont chacun répondu « oui, je le veux. »

Par Marie-Sophie Germain
Source : Yle
Photo : Yle/Ari Welling

Danemark : 90% des Copenhaguois aiment leur ville

Une nouvelle étude du conseil municipal de Copenhague vient de révéler que plus de 89% des habitants de la capitale sont « contents » ou « très contents » des activités et services proposées par la ville. « C’est fantastique de recevoir une telle déclaration d’amour de la part de nos citoyens », s’extasie Bo Asmus Kjeldgaard, le député-maire en charge de l’environnement à Copenhague.

Mais il y a encore des efforts à faire. Par exemple, 54% des habitants pensent que la ville est bien trop bruyante, et moins de la moitié apprécie les aménagements urbains. Les Copenhaguois aimeraient plus d’espaces verts et de zones ou activitées adaptées pour les enfants, ce qui les amènerait à passer beaucoup plus de temps dehors, comme ils le souhaiteraient. « Nous allons planter 200 000 nouveaux arbres avant 2025 afin de faire de Copenhague une ville au bilan carbone neutre. » Il ajoute en précisant que les enfants ne sont pas oubliés, puisque de nouvelles crèches sont en construction, et les aires de jeux sont en pleine rénovation.

Lire la suite

Suède : une étude fait le lien entre le vaccin contre la grippe et les cas de narcolepsie

L’Agence Suédoise des Produits Médicaux (Läkemedelsverket) vient de donner les résultats de son étude sur le vaccin contre la grippe Pandemrix, du laboratoire GlaxoSmithKline. Celui-ci est bel et bien responsable de 4 fois plus de cas de narcolepsie aïgue chez les enfants et les adolescents de moins de 20 ans en Suède. Ces résultats viennent confirmer ceux d’une récente étude finlandaise, qui donne des chiffres encore plus élevés, puisque selon les scientifiques les enfants présenteraient 9 fois plus de chances de développer une sévère narcolepsie s’ils sont vaccinés au Pandemrix.

D’après des données du Bureau National Suédois pour la Santé (Socialstyrelsen), 31 millions de personnes ont été vaccinées avec ce produit en Europe. Et c’est en Suède, Finlande et Islande qu’on observe le plus de cas de narcolepsie.

Par Marie-Sophie Germain
Source : The Local