Le Danemark, le bordel de la Scandinavie

Un rapport de CNN a comparé les lois suédoises et danoises concernant la prostitution, et en a conclu que le Danemark était « le bordel de la Scandinavie ».  En Suède, les clients de prostituées sont sévèrement sanctionnés et considérés comme des « losers » alors que paradoxalement, vendre ses services en tant que prostituée est légal. Si les prostituées suédoises ne sont pas punies par la loi (alors que leurs clients le sont) c’est parce que la loi les considère comme des victimes d’une forme de violence. Ainsi, le client qui exploite le corps d’une de ces femmes écope d’une douloureuse amende et son crime est notifié publiquement.

Au Danemark au contraire, il est tout à fait légal d’acheter des services aux professionnelles, voire « normal ». En effet, 24% des jeunes hommes âgés de 15 à 19 ans envisageraient d’avoir recours à des prostituées, et 35% des hommes ne voient pas en quoi donner de l’argent ou des cadeaux en échange de services sexuels est un problème. L’un d’entre eux explique même : « c’est comme commander une pizza ».

Lire la suite

Publicités

Suède : quand les étrangères victimes d’abus se font expulser


Chaque année, des centaines de femmes qui étaient venues en Suède pour vivre avec un homme ont vu leur rêve virer en cauchemar : si par exemple leur mari Suédois est violent, mais qu’elles veulent tout de même rester en Suède, elles risquent de se faire expulser si elles mettent fin à la relation dans les 2 ans. En effet selon la loi suédoise sur l’immigration, si un étranger veut s’installer Suède pour y vivre une relation avec un Suédois, cette personne n’aura pas la permission de rester dans le pays si l’un des deux met fin à la relation dans les 24 mois. Les femmes étrangères victimes de violence ont donc le choix entre se faire expulser, ou rester avec leur mari abusif pendant au moins 2 ans.

Bernardita Nunez, la présidente du groupe de soutien Terrafem s’insurge : « Il y a une loi, ici en Suède, qui donne aux hommes un pouvoir total sur les femmes. Les femmes sont complètement dépendantes des hommes, et si elles ne font pas ce qu’ils demandent, elles risquent de se faire expulser du pays. »

Lire la suite

Suède : des peines plus sévères pour les clients de prostitués

Selon la ministre de la justice suédoise Beatrice Ask, les clients de prostitués qui se font arrêter par la police s’en sortent trop facilement en payant une amende. Rappelons que la Suède traite la prostitution comme une forme de violence envers les femmes. Les clients sont ainsi criminalisés, et depuis 1999, l’achat de prestations sexuelles est interdit. S’offrir les services d’une prostituée est un crime puni par la loi, et les peines vont d’une amende à plusieurs mois de prison.

Mais à partir du 1er juillet 2011, la ministre a prévu d’augmenter le montant des amendes afin de continuer de dissuader les clients potentiels. Les peines de prison seront aussi plus dissuasives, et passeront de 6 mois à 1 an.

Par Marie-Sophie Germain
Source : The Local

Des chasseurs de sanglier suédois passés à tabac en Tunisie

Douze Suédois venus chasser le sanglier ont été pris à partie par une foule déchaînée, dimanche à Tunis, qui les a accusés d’être des « terroristes étrangers » en découvrant leurs armes, alors que des combats se déroulaient dans la capitale, a-t-on appris auprès des chasseurs. Un officier de police avait auparavant déclaré à la télévision tunisienne que quatre Allemands avaient été arrêtés dimanche à Tunis en possession d’armes, à bord de trois taxis, avec d’autres étrangers dont les nationalités n’avaient pas été précisées.

« Nous sommes arrivés il y a une dizaine de jours en Tunisie pour chasser le sanglier. Nous sommes montés aujourd’hui à bord de trois taxis pour rejoindre l’aéroport quand, en chemin, nous avons été arrêtés à un barrage improvisé », a raconté à des journalistes, dans le hall d’un hôtel, Ove Oberg, un membre du groupe. « Ils ont fouillé les véhicules, trouvé nos armes et cela a dégénéré. Ils nous ont éjectés des voitures, traités de terroristes étrangers. Nous avons été battus à coups de pied et passés à tabac », a-t-il poursuivi.

Lire la suite