Danemark : les immigrés devront payer leurs frais médicaux

Désormais, les immigrés arrivant au Danemark devront gagner leur droit d’accès aux soins médicaux gratuits par une période de probation de plusieurs années, pendant lesquelles les consultations, examens ou opérations seront à leur charge. Il en sera de même pour les congés maternité, les prêts étudiants et les allocations.  « Le temps est venu pour nous de mettre en place des conditions plus restrictives », commente le ministre de l’emploi Inger Støjberg. « Il est important que les gens méritent ces avantages. Notre système actuel d’état-providence est très vulnérable,  parce qu’il est trop facile d’en profiter ».

Cette nouvelle mesure s’ajoute à celles déjà prises en décembre dernier pour durcir le système de points pour le permis de séjour. Le premier ministre Lars Løkke Rasmussen explique : « nous avons un haut niveau de prospérité au Danemark que j’aimerais conserver. C’est impossible si les gens n’ont qu’à passer la porte et obtenir des avantages financiers sans contribuer à l’économie de l’état ».

Par Marie-Sophie Germain
Source : The Copenhagen Post

Publicités

Suède : 65% des sans emploi n’ont pas d’allocation chômage


Le quotidien Dagens Nyheter vient de rapporter que 65% des personnes sans emploi en Suède ne bénéficient pas d’allocations de chômage. Selon Tord Strannefors, du Service Public pour les sans-emploi en Suède, ce chiffre peut s’expliquer par différentes raisons.

En 2007, les frais de l’assurance chômage ont augmenté, entraînant de nombreuses personnes à quitter le système. Les règles sont également devenues beaucoup plus strictes en ce qui concerne le temps de travail minimum avant de pouvoir prétendre à une allocation en cas de chômage. La plupart des sans-emploi aujourd’hui sont des jeunes tout juste arrivés sur le marché du travail, ou des immigrés. Pour ceux-là qui n’ont pas encore travaillé dans le pays et qui par conséquent ne peuvent pas toucher d’allocation, la seule solution est de se tourner vers l’état-providence.

Lire la suite

Danemark : les personnes aisées devraient participer à leurs frais médicaux


KL
, le rassemblement des 98 autorités locales du Danemark, propose un changement radical, à l’encontre du principe de l’état-providence : les patients les plus aisés devraient payer pour leurs soins. En effet, pour l’instant, le système est le même pour tout le monde : les frais médicaux sont pris en charge par l’état quel que soit le niveau social du patient.

Selon KL, le soutien pour les 1,5 millions de malades chroniques devrait concerner en priorité les personnes défavorisées, celles qui vivent seules, et les immigrés. « Un nombre croissant de patients ont besoin d’aide, et il faudra que nous soyions bien meilleurs à décider des priorités », commente Anny Winther, la présidente du comité pour les aides sociales et la santé. « En ce moment, ceux qui sont les premiers à faire la queue, ce sont souvent les personnes aisées et bien éduquées, qui ont un bon réseau et savent ce qu’on leur offre. Mais ce sont les personnes seules n’ayant aucun réseau qui ont besoin d’aide. »

Par Marie-Sophie Germain
Source : Politiken
Photo : l’hôpital d’Herlev, Jacob Ehrbahn

Danemark : les Danois coûtent trop cher


Selon les experts, l’augmentation du coût des services sociaux conduit l’état danois à sa perte.
Les citoyens danois sont denvenus une mauvaise affaire pour l’état-providence.

Un Danois né aujourd’hui coûtera à la société 850 000 couronnes – soit environ 114 000 euros – de plus que la somme des impôts qu’il paiera pendant toute sa vie rapporte le quotidien Berlingske Tidende.

Cela représente une augmentation de 100 000 couronnes sur les chiffres de 2004, selon une nouvelle prévision du Centre d’Études Politiques (CEPOS). « En l’état actuel, le modèle danois de protection sociale n’est pas viable. Il court directement à sa perte », a déclaré Mads Lundby-Hansen, économiste en chef au CEPOS. Un autre expert en économie, Hans Jørgen Whitta-Jakobsen, confirme que l’Etat-providence est en failllite : « si nous continuons de cette façon, nous risquons de finir comme la Grèce ou l’Irlande. «

Lire la suite