Prendre sa douche aux toilettes, un concept danois

Il était une fois au Danemark un temps où dans la plupart des vieux immeubles, la salle de bain était commune (ou alors il n’y en avait pas du tout). Mais vint une période où les Danois eurent envie de leur propre salle de bain privée. Seulement voilà : dans la plupart des immeubles anciens, rien n’était prévu pour ca. Les Danois ont donc installé leur salle de bains dans la seule pièce privée bénéficiant d’un réseau de plomberie, j’ai nommé, les toilettes.

C’est ainsi que chez beaucoup de Danois qui vivent dans des appartements datant d’avant les années 70, vous aurez la suprise de trouver une pomme de douche juste au dessus ou à côté du trône (photo ci-dessus). Non, il ne s’agit pas d’un nouveau concept de bidet scandinave, mais bel et bien de… la salle de bains. Vous vous dites : « chouette alors, on peut faire pipi-caca, se doucher et se brosser les dents en même temps ! » Ne soyez pas si enthousiaste.

Lire la suite

Des femmes suédoises inséminées avec le sperme d’un donneur atteint d’une maladie génétique rare

Branle-bas de combat à la banque de sperme danoise Nordic Cryobank : des femmes suédoises y auraient été inséminées avec la semence d’un donneur porteur d’une maladie génétique rare, la neurofibromatose de type 1 (maladie de Recklinghausen). Rappelons que le sperme danois est très populaire auprès des étrangères qui souhaitent devenir maman grâce à un donneur anonyme.

Selon Peter Bower, un représentant de Nordic Cryobank, il est en effet très probable que des femmes suédoises aient bénéficié de ce sperme défectueux, étant donné que ce sont en majorité des Suédoises qui viennent se faire inséminer au Danemark. « Nous avons livré ce sperme à entre 10 et 15 cliniques danoises, mais nous ne savons pas s’il a beaucoup été utilisé ou non ». Jusqu’à maintenant, il a été établi que 9 enfants ont été concus avec ce sperme, et ceux-ci ont 50% de chance de développer la maladie. Ni le donneur ni la banque de sperme n’étaient au courant.

Lire la suite

Islande : un nouveau parfum volcanique

L’année dernière, la maison islandaise Gydja Collection avait lancé son premier parfum féminin, « EFJ Eyjafjajökull », composé en partie à partir d’eau et de glace du glacier du même nom et fabriqué à Grasse, dans le sud de la France. Devant le succès de cette étonnante fragrance et pour répondre aux nombreuses demandes, la créatrice Sigrun Lilja Gudsjondottir a eu l’idée d’en réaliser un autre pour les hommes, qui soit synonyme de puissance et de force, et dont le but est de libérer le feu qui est en nous. Le nom du nouveau parfum masculin, « VJK Vatnajökull »,  s’inspire donc de celui du plus grand glacier d’Europe, qui recouvre le volcan Grimsvötn récemment entré en éruption. « Nous avons commencé la production il y a quelques mois, avant qu’on puisse voir quelconque signe d’une reprise d’activité du volcan sous le Vatnajökull », précise la créatrice.

Par Marie-Sophie Germain
Source : Ice News

C’est en Norvège qu’il fait bon être maman

L’organisation humanitaire Save The Children vient de donner les résultats de son enquête annuelle sur les pays où les mamans et les enfants sont les mieux traités en matière de santé, d’éducation ou de considérations économiques. C’est la Norvège qui remporte la première place ! Elle est suivie de l’Australie, puis de l’Islande, la Suède et le Danemark. La France se situe en 1oè position, et c’est l’Afghanistan que l’on retrouve en dernière place, juste après le Niger.

Par Marie-Sophie Germain
Source : Save The Children

Le Danemark, le bordel de la Scandinavie

Un rapport de CNN a comparé les lois suédoises et danoises concernant la prostitution, et en a conclu que le Danemark était « le bordel de la Scandinavie ».  En Suède, les clients de prostituées sont sévèrement sanctionnés et considérés comme des « losers » alors que paradoxalement, vendre ses services en tant que prostituée est légal. Si les prostituées suédoises ne sont pas punies par la loi (alors que leurs clients le sont) c’est parce que la loi les considère comme des victimes d’une forme de violence. Ainsi, le client qui exploite le corps d’une de ces femmes écope d’une douloureuse amende et son crime est notifié publiquement.

Au Danemark au contraire, il est tout à fait légal d’acheter des services aux professionnelles, voire « normal ». En effet, 24% des jeunes hommes âgés de 15 à 19 ans envisageraient d’avoir recours à des prostituées, et 35% des hommes ne voient pas en quoi donner de l’argent ou des cadeaux en échange de services sexuels est un problème. L’un d’entre eux explique même : « c’est comme commander une pizza ».

Lire la suite

Le régime amincissant Xtravaganza fait des victimes en Scandinavie

Depuis une quinzaine d’annés en Suède (et désormais en Norvège, en Finlande et au Danemark), un concept fait fureur chez ceux et celles qui veulent maigrir : Xtravaganza. Sous ce nom excentrique se cache en fait un programme qui allie entraînement sportif et régime amincissant drastique, prônant un total changement de style de vie dans une optique holistique. Pour environ 20 euros par semaine, chaque participant se rend dans un centre et peut choisir entre 3 programmes et 3 niveaux d’intensité, selon le temps à consacrer au programme et le nombre de kilos à perdre.

Côté régime, il faut se nourrir de sachets de soupes ou de milk-shakes à raison de moins de 500 calories par jour. Selon les témoignages des abonnés à cette méthode, les résultats sont rapides et spectaculaires. Mais de nombreux professionnels de santé viennent d’alerter le siège de la société en Suède – qui compte 140 centres – que cette extrême restriction sur le long terme peut entraîner de graves problèmes de santé. En effet, dans ce pays, plusieurs femmes ont du être hospitalisées pour cause d’intoxication, de lésions à plusieurs organes et de sérieux problèmes digestifs.

Par Marie-Sophie Germain
Source : Yle

Suède : 70% des jeunes n’utilisent pas de préservatifs

Une nouvelle étude vient de révéler que  70% des jeunes Suédois entre 15 et 29 ans n’utilisent pas de préservatifs lors de leurs rapports sexuels. Selon l’experte Karin Stenqvist, de l’Université de Göteborg, la raison est que les jeunes font trop confiance à la pilule contraceptive, et pas du tout au préservatif. « Parce que la pilule est censée vous protéger des risques de grossesse à 99% et que ce chiffre est de 92% avec le préservatif, beaucoup pensent que la pilule est plus sûre. Mais cela n’est valable que si son mode d’emploi est respecté méticuleusement » explique la spécialiste. En effet, l’étude montre que 60% des jeunes filles qui sont tombées enceintes étaient pourtant sous pilule ou stérilet. La Suède est d’ailleurs le pays nordique qui enregistre le plus d’avortements.

En Suède, il est pourtant conseillé d’utiliser les deux méthodes, afin d’éviter les risques de grossesse mais aussi de contamination par des maladies sexuellement transmissibles. Mais d’après Karen Stenqvist, cette recommandation dessert le préservatif : « cela n’est pas faisable pour beaucoup de jeunes, et de moins en moins d’entre eux choisissent les deux méthodes. Le préservatif est souvent relégué au rang de second choix. » Elle espère que le système de santé suédois revisera ses recommandations officielles essentiellement centrées sur la promotion de la pilule.

Par Marie-Sophie Germain
Source : The Local