Danemark : une signalisation inattendue à l’attention des gays qui s’aiment au parc

Tout près de la station de Nørreport à Copenhague, le parc Ørstedsparken est le lieu de prédilection pour les amours homosexuelles, qui y sont autorisées et connues publiquement. La semaine dernière, les habitués du parc ont eu la surprise de voir une nouvelle signalisation, avec des panneaux indiquant aux gens qu’ils devaient nettoyer après eux et de ne pas faire trop de bruit entre 9 h du soir et 4 h du matin. Seulement, ces panneaux étaient estampillés du logo officiel de la ville, qui affirme n’avoir rien à faire avec cela : « le design et le texte ne sont pas dérangeants, mais la personne qui a fait ces panneaux prétend être du Conseil Municipal », commente Jon Pape, à la direction du Conseil de la ville en charge des parcs et jardins. Apparemment, cette farce serait l’oeuvre d’un groupe d’artistes. « Bien sûr que les gens devraient nettoyer après eux. Ørsedsparken est le lieu favori pour les homosexuels, mais il doit rester un parc pour tout le monde », conclut Hans Christian Seidelin, porte-parole de l’association LGBT.

Par Marie-Sophie Germain
Source : The Copenhagen Post

Suède : 70% des jeunes n’utilisent pas de préservatifs

Une nouvelle étude vient de révéler que  70% des jeunes Suédois entre 15 et 29 ans n’utilisent pas de préservatifs lors de leurs rapports sexuels. Selon l’experte Karin Stenqvist, de l’Université de Göteborg, la raison est que les jeunes font trop confiance à la pilule contraceptive, et pas du tout au préservatif. « Parce que la pilule est censée vous protéger des risques de grossesse à 99% et que ce chiffre est de 92% avec le préservatif, beaucoup pensent que la pilule est plus sûre. Mais cela n’est valable que si son mode d’emploi est respecté méticuleusement » explique la spécialiste. En effet, l’étude montre que 60% des jeunes filles qui sont tombées enceintes étaient pourtant sous pilule ou stérilet. La Suède est d’ailleurs le pays nordique qui enregistre le plus d’avortements.

En Suède, il est pourtant conseillé d’utiliser les deux méthodes, afin d’éviter les risques de grossesse mais aussi de contamination par des maladies sexuellement transmissibles. Mais d’après Karen Stenqvist, cette recommandation dessert le préservatif : « cela n’est pas faisable pour beaucoup de jeunes, et de moins en moins d’entre eux choisissent les deux méthodes. Le préservatif est souvent relégué au rang de second choix. » Elle espère que le système de santé suédois revisera ses recommandations officielles essentiellement centrées sur la promotion de la pilule.

Par Marie-Sophie Germain
Source : The Local

Danemark : trouvez le géniteur de votre enfant sur internet


Vous êtes une Danoise qui souhaitez avoir un enfant, mais vous n’avez pas de partenaire ? Pas de souci, il existe une solution pour vous : un site internet vous permet de rencontrer un géniteur avec qui vous pourrez faire une insémination artificielle, comme un « vrai » couple. Niels Christian Larsen, le créateur du site regnbuebarn.dk explique : « ca n’est pas un besoin nouveau, mais au moins maintenant cela est plus facile à mettre en oeuvre. » Le site compte déjà 347 profils, et enregistre 30 nouvelles inscriptions tous les jours.

A la Clinique Stork de Copenhague, en plus des couples homosexuels, le personnel voit venir de plus en plus d’hétérosexuels qui souhaitent avoir un enfant ensemble, mais n’entretiennent aucune relation amoureuse, explique l’infirmière Lillian Jorgensen. S’il y a des femmes désirent avoir un enfant « seules », certaines d’entre elles ne sont pas contre l’idée de connaître le père. Selon Henrik Jensen, l’auteur du livre « La Société sans Père », il s’agit une bonne alternative : « être un enfant né d’un don de sperme anonyme est une malédiction. Ces enfants finissent par devenir très malheureux parce qu’ils ne savent pas qui est leur père. Ce concept est un grand pas en avant. » En revanche, le philopsophe et président du Conseil d’Éthique Jacob Birker s’inquiète « il y a des raisons très égoïstes. Avant, avoir un enfant c’était quelque chose qui arrivait, maintenant c’est une nécessité. »

Par Marie-Sophie Germain
Source : Kristeligt Dagblad

Le Danemark, un état totalitaire qui expulse les conjoints non-européens


Le Danemark, une société ouverte et laxiste ? Détrompez-vous : le gouvernement a mis en place un nouveau système de « points » pour l’obtention du permis de séjour dans le cadre du regroupement familial pour les étrangers non-européens. Les conditions à réunir sont tellement restrictives qu’elles excluent plus de 95% des demandeurs. Même après plusieurs années de vie et de travail au Danemark, les étrangers se voient parfois contraints de quitter le pays, leur conjoint et enfants danois. En plus d’être extrêmes, ces nouvelles régulations sont discriminatoires et vont à l’encontre des Droits de l’Homme et des lois de l’Union Européennes sur le droit à la vie de famille.

Carolina Aviña Ortega (photo ci-dessus), sur le point d’accoucher, vient de se voir refuser le permis de séjour afin d’avoir le droit de rester avec son mari et ses enfants au Danemark. Cette jeune psychologue Mexicaine de 35 ans était venue vivre au pays avec son mari en 2002. Elle s’est bien intégrée à la société danoise, puisqu’elle parle couremment danois, et travaille à temps plein depuis 6 ans. Mais cela ne suffit pas au gouvernement, qui vient de changer les règles du jeu, et qui est en train de déchirer des familles entières, au mépris des Droits de l’Homme.

Lire la suite

Danemark : 1/4 des couples se sont rencontrés sur internet depuis 1997


Une étude de l’Université d’Oxford menée sur 18 pays a révélé que depuis 1997, 26,1% des couples danois se sont rencontrés sur internet. Selon Charlie Breindahl, un spécialiste des rencontres en ligne à l’Université de Copenhague, le online dating est beaucoup moins tabou qu’auparavant : « nous avons commencé à accepté cela parce qu’internet est devenu une partie importante de notre vie sociale. » Morten Wagner, le fondateur d’un site de rencontre danois, ajoute : « quand nous avons lancé notre site en 1998, beaucoup de gens pensaient qu’il fallait être un geek désespéré pour essayer de trouver l’âme soeur en ligne. Mais le tabou et les préjugés sont en train de disparaître. »

Les sites de rencontre ou salons de discussion sur internet permettent de bâtir une relation solide parce qu’ils permettet de bien se connaître avant de s’engager. « Vous avez la chance de discuter à propos de choses qu’il serait difficile d’évoquer dans un bar en tête à tête, explique Breindahl, comme par exemple la nature de votre maladie chronique ou le fait que vous vouliez des enfants ou non. » Bien entendu, l’attraction physique joue un rôle important : « il est facile de tomber amoureux sur internet, mais vous ne pouvez pas être sûr que cet amour durera après votre première rencontre dans la vraie vie », précise Breindahl.

Par Marie-Sophie Germain
Source : The Copenhagen Post

Islande : les hommes célibataires, de parfaites fées du logis ?


Une nouvelle étude menée par Kolbeinn Holmar Stefansson (département de sociologie de l’Université d’Islande) et Thora Kristin Thorsdottir (Université de Manchester) révèle qu’en Islande, les hommes célibataires passent beaucoup plus de temps que les femmes célibataires à s’occuper de la maison. Les résultats montrent que les hommes seuls consacrent 12 h par semaine aux tâches ménagères, alors que chez les femmes, c’est seulement 9 h. En plusde cela, l’étude a montré que les hommes étaient au travail 56 h par semaine, alors que les femmes ne travaillaient que 42 h.

Cependant, cette répartition des rôles s’inverse lorsque les célibataires se retrouvent en couple. Une femme en couple avec des enfants et qui travaille à temps plein s’occupe de la  maison 14 h par semaine, alors que les homme qui répondent aux même critères n’y consacrent que 10 h. Et c’est toujours l’homme qui passe le plus de temps au travail.

Lire la suite

Danemark : une jeune femme met son petit ami en vente sur internet

« Vous êtes intéressé par un petit ami qui ne nettoie jamais après lui et laisse la vaisselle dans l’évier pendant une semaine si vous ne vous en occupez pas ? Alors j’ai le petit ami parfait pour vous ! Faites une offre et nous pourrons négocier. » Tel est le texte de l’annonce que Katrine Jespersen a postée le 24 janvier sur le site de vente en ligne Gul og Gratis (annonce retirée).

La jeune femme a déjà recu des propositions d’échange intéressantes, comme par exemple celles mentionnant un aquarium de 325 litres ou une remorque d’occasion. Aucune offre de vente n’a encore été faite, mais l’annonce a été lue plus de 37 000 fois et a été partagée 3000 fois sur Facebook. Vous pouvez voir l’heureux couple dans cette vidéo de TV2.

Par Marie-Sophie Germain
Source : TV2