La Suède aidera les combattants de la démocratie sur internet


La ministre suédoise pour le développement de la coopération, Gunilla Carlsson, vient de promettre d’augmenter l’aide accordée aux médias sociaux et aux systèmes permettant la liberté d’expression, afin d’éviter que des situations de censure sur internet se produisent, comme ce fut le cas en Egypte la semaine dernière. Ella déjà alloué 150 millions de couronnes (environ 15 000 euros) pour la démocratie et la liberté d’expression cette année.

Après les événements récents en Tunisie et en Egypte, la ministre désire investir encore plus de moyens afin d’achever son objectif. Selon elle, les activistes sur internet sont les « nouveaux combattants de la démocratie ». La ministre tiendra une réunion le 10 mars, et invite les Suédois à lui soumettre leurs idées par mail avant le 24 février. « Il s’agit de soutenir les efforts du peuple à établir la démocratie au sein de pays qui ne sont pas encore libres. Je prendrai les meilleures idées afin de développer une aide suédoise a la démocratie. Les connaissances et l’engagement des activistes sur internet, des entrepreneurs et des bloggueur sont très demandées dans les aides modernes qui prennent la liberté au sérieux. » Carlsson invitera aussi un grand nombre d’experts renommés à participer au meeting. Les 10 meilleures idées proposées seront choisies.

Celui qui aura probablement beaucoup à dire, c’est le fondateur du site de streaming Bambuser, Måns Adler. Son site faisait partie des sites censurés en Egypte il y a deux semaines. Mercredi dernier, il a créé un nouveau site dédié aux vidéos sur l’Egypte, après que l’accès a son ancien site a été restauré.

Les aides de la Suède pour la démocratie et la liberté d’expression ont commencé en 2009, à petite échelle. L’Agence pour le Développement International de la Coopération (Styrelsen för Internationellt Utvecklingssamarbete, Sida) a aussi fourni une assistance à travers des réseaux anonyme afin d’aider les activistes de la démocratie dans des pays dirigés par des dictateurs, ainsi que dans une organisation qui s’occupe de journalistes.

Par Marie-Sophie Germain
Source : Dagens Nyheter

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s