Vous savez que vous avez vécu longtemps au Danemark quand…


Vous voilà chez les Danois depuis un certain temps. Mais avez-vous réussi à vous habituer aux étranges moeurs de ce pays et à vous débarrasser de certaines coutumes francaises qui vous collaient à la peau ? Faites le test ! Vous savez que vous avec vécu longtemps au Danemark quand…

Vous avez mangé plusieurs fois du øllebrød.
Le øllebrød, c’est un genre de bouillie constituée de miettes de pain de seigle et de bière. Vos connaissances danoises se sont fait une joie de vous initier à ce plat extrêmement bourratif et peu attractif, adulé des étudiants sans le sou, en ne manquant pas de traquer votre expression lorsque vous avez vu et goûté cet étrange mets pour la première fois. Aujourd’hui, vous en avez mangé plusieurs fois sans qu’on vous y force et vous savez même le préparer.

Vous commencez à aimer la réglisse salée.
Si si, les Danois sont fous de salmiak, une exquise friandise au goût de réglisse et aux sels d’ammonium. Vous avez même un ami qui fait des crises d’hypertension tellement il en mange. Vous avez fini par vous y mettre également, en ayant pris l’habitude de ne plus faire de grimaces.

Vous avez acquis une haute tolérance au sucre.
Au supermarché, il y a des gâteaux LU que vous ne trouvez pas en France. Et pour cause, ils sont bien plus sucrés, spécialement adapté au marché danois ! Si la papille viking est praticulièrement folle des aliments hyper-sucrés, la votre a dû mettre un peu de temps à s’adapter. Mais c’est chose faite, et vous pouvez désormais manger quelques bouchées de pâtisseries ou biscuits danois sans avoir besoin d’avaler un litre d’eau par la suite.

Vous n’avez plus mal au ventre dans vous mangez du rugbrød (pain noir).
Vous vous souviendrez toujours des conséquences liées à l’ingestion de vos premières tranches de pain noir (photo ci-dessous), le rugbrød étant un des aliments absolument essentiels dans la gastronomie danoise. Vous préférez ne plus en parler, d’autant plus qu’après un certain temps, vous ne pouvez plus vous passer des smørrebrød, ces tartines pain noir beurré avec le plus souvent du hareng, que les Danois mangent sans arrêt.

Vous n’êtes plus surpris que le déjeuner soit réduit à une pause-sandwich de 30 minutes.
En France, les déjeuners interminables vous faisaient revenir au bureau à 15 h, bien balloné et prêt pour la sieste. Au Danemark, vous vous réjouissez désormais que la petite pause smørrebrøod (pain noir/hareng) ou Wasa ne vous déconcentre pas dans votre travail de la plus haute importance et vous permette de rentrer chez vous à 17 h.

Vous vous êtes résignés à donner la moitié de votre salaire aux impôts.
Quand vous êtes arrivé au pays, vous avez été très choqué d’apprendre que le Danemark est un des pays où l’on paie le plus d’imptôts au monde. Mais vu que sådan er Danmark (« c’est comme ca au Danemark »), vous avez fini par vous dire que vous n’aviez pas le choix, ce qui est tout à fait vrai, sinon on vous invite à aller voir ailleurs.

Vous ne vous étonnez plus qu’une tablette de chocolat coûte 8 euros.
C’est désormais sans état d’âme que vous payez 20 euros pour une tablette de chocolat, un paquet de chips et 3 rouleaux de papier toilette. Au Danemark, la vie est 2 à 3 fois plus chère qu’en France, et vous vous êtes enfin résigné à l’idée que vous ne pourrez jamais acquérir une voiture, un bien taxé à 300%…

Vous ne traversez pas la rue quand le feu est vert, même s’il n’y a personne.
Vous ne tenez pas à écoper d’une douloureuse amende si un policier vous voyait ! La peur de la punition a eu raison de vous et a fini par vous rendre plus que raisonnable et bien dressé. Désormais vous attendez patiemment votre tour pour traverser la rue, d’autant plus qu’au Danemark les piétons ne sont pas prioritaires et qu’aucune voiture ne s’arrêtera pour vous laisser passer si le feu est vert. Bande de sauvages !

Vous tournez automatiquement la tête à droite quand vous sortez du bus ou traversez la rue pour vérifier qu’il n’y a pas de vélo.
Vous avez entendu tellement d’histoires de touristes fauchées par des vélos que votre entourage a réussi à bien vous dresser.

Vous allez au travail ou à Ikea en vélo, même si c’est loin et même s’il fait -15 degrés sous la neige.
La voiture étant un bien de luxe 3 fois plus cher qu’en France et taxé à 300% et les transports en commun étant hors de prix, c’est tout naturellement que les Danois et vous-même ont choisi la petite reine. Vous avez même opté pour un chariot dans lequel vous transportez vos petits vikings, votre Grand Danois ou votre cuisine Ikea (photo ci-dessous).

Vous êtes fier que votre appartement ressemble à un celui d’un catalogue, comme si personne ne vivait dedans.
Lors de votre installation, vous aviez quelques livres et divers objets auxquels vous teniez (baromètre Mont Saint-Michel, cocotte Le Creusot, etc), et vos amis danois étaient toujous surpris en disant que votre appartement était « cosy », ce qui selon leur langage poli signifie « très encombré ». Vous vous êtes donc habitué à la coutume locale en adoptant une décoration plus que minimaliste avec des couleurs neutres. Votre collection de Pif Gadjet repose désormais à la cave et même les objets dont vous vous servez plusieurs fois par jour sont judicieusement cachés dans des placards escamotables sans poignées.

Vous vous êtes habitué à prendre votre douche aux toilettes.
Si les cuisines danoises sont super design et super hi-tech, les salles de bains sont… très primitives. Au Danemark, dans la plupart des immeubles urbains il y avait une douche commune au sous-sol. Les Danois voulant leurs propres salles de bains privées et ayant peu d’espace n’ont pas eu d’autre solution que d’accrocher une pomme de douche quelque part, c’est-à-dire… aux toilettes ! Après votre douche dans votre « salle de bains » d’1 ou 2 m carrés, vous passez ainsi le reste de la journée à patauger à chaque fois que vous allez au petit coin. Mais vous en avez maintenant l’habitude et avez opté pour l’utilisation de palmes. Et puis vous pouvez prendre une douche, vous laver les dents et faire pipi-caca en même temps (photo ci-dessous). C’est peut-être pour ca que les Danois arrivent à aller au travail de si bonne heure : ils ne perdent pas de temps !


Vous avez une brosse à cabinets design.
Vous n’avez pas pu résister à la tentation ni à la pression sociale, et vos toilettes sont désormais équipées d’une brosse design en métal chromé Eva Solo, qui s’accorde très bien avec vos vide-poches Georg Jensen.

Vous n’êtes plus surpris de voir les hommes tournés en ridicule dans les pubs télévisées.
Les Vikings ne sont plus ce qu’ils étaient. Vous qui pensiez avoir affaire à de grands gaillards barbus, vous avez compris qu’ici ce sont les femmes qui portent la culotte et que les hommes en sont réduits à la fonction d’objets ménagers pas très intelligents ou de tiroir-caisse.

Vous commencez à vous raser la tête pour ressembler aux autres Danois qui ont peur d’avoir l’air vieux.
Les hommes danois aiment à penser que personne ne verra qu’ils perdent leurs cheveux s’ils se rasent entièrement la tête. Si vous êtes un homme, un vrai, vous avez fini comme eux par être persuadé que la boule à zéro vous rendra plus désirable et, paradoxalement, vous fera passer pour plus jeune que vous n’êtes.

Vous n’avez plus peur d’aller au Julefrokost.
Au moment de Noël (Jul) au Danemark, les entreprises organisent des « déjeuners de Noël » (julefrokost), pour leurs employés. C’est le seul moment de l’année où tout le monde se lâche et craque son slip. Au départ vous étiez très effrayé de voir Magnus de la comptabilité en train de danser la rumba déguisé en hareng, mais vous avez fini par vous habiter à cet étrange rituel somme toute sympathique qui vous donne l’impression de mieux connaître vos proches collaborateurs. Mais vous avez appris que ca n’était qu’une impression, et que ca n’est pas parce que votre patron en état d’ébriété vous a roulé un patin en chantant Besame mucho qu’il vous donnera une augmentation ou sera plus aimable.


Vous n’avez plus peur des feux d’artifice au nouvel an.

Vous vous souviendrez toute votre vie de votre premier Nouvel An Danois. Vous ne compreniez pas pourquoi dès les 12 coups de minuit tout le monde se précipitait dehors avec des lunettes de protection : tout le monde lance ses feux d’artifice dans la rue ! Maintenant, vous êtes devenu un expert en plantage de fusée dans l’herbe. Même pas peur !

Vous êtes complètement excité aux premiers rayons de soleil du printemps.
Après avoir, comme tous les Danois, passé près de 6 mois en hibernation avec des températures et une luminosité très basse, vous criez de joie et sortez en courant aux premiers rayons de soleil en avril. Vous en profitez bien, vous savez que ca ne durera pas longtemps.

Vous avez des chaussures Sorel.
Au Danemark, il pleut et il neige beaucoup. Et comme la météo est souvent imprévisible, tout cela finit bien par fondre à un moment et à produire énormément de boue. Heureusement, comme 100% des Danois, vous avez investi dans des chaussures Sorel (photo ci-dessous) ou des bottes Hunter, que vous ne quitterez pas pendant plusieurs mois, quelle que soit votre tenue vestimentaire.

Vous avez compris que pour vous faire des amis il faut adhérer à un club obscur.
Si dans les pays latins on peut facilement lier connaissance et inviter n’importe qui à l’apéro, il n’en est pas de même au Danemark, où il faut du temps pour briser la glace et surtout pour devenir intime de facon irréversible. Heureusement, vous êtes devenus adhérent à un club local, et vos petites séances de philatélie florale du dimanche matin à 7 h vous ont permis de recontrer Bjarke, Pernille et Rikke.

Vous amenez vos pantoufles chez vos amis.
Pour cause d’intempéries intempestives (voir ci-dessus), au Danemark tout le monde enlève ses chaussures à la maison pour ne pas salir le sol, et les troque contre des pantoufles de luxe. Ainsi, avant de partir chez vos amis, c’est tout naturellement que vous glissez dans votre sac vos chaussons en peau de mouton à 100 euros.

Vous ne faites plus la bise.
Entre Vikings, on ne se fait pas de bisous ! Vous savez désormais qu’une grande accolade ou une étreinte virile est de règle au Danemark, et vous avez définitivement perdu l’habitude de froncer les lèvres d’un air stupide en tendant la joue, ce qui avait le don d’incommoder fortement vos interlocuteurs.

Vous préférez inviter vos amis à une soirée vidéo-pizza chez vous plutôt que d’aller au restaurant.
Le restaurant, c’est trop cher, c’est trop loin, et il fait froid. Rien de mieux qu’une soirée au chaud entre amis à la maison, avec des bougies (et des pantoufles). Vous êtes devenu accro au hygge, cette coutume danoise qui privilégie le confort, le bien-être, et l’absence de tout ce qui peut causer du souci.

Quand vous voyez vos amis, vous vous absentez pendant 18 h.
Etant des adeptes du hygge et de tout ce qui est cosy (voir ci-dessus), quand les Danois recoivent des amis chez eux, c’est en général pour la journée. Maintenant, quand vous allez chez vos amis, vous n’oubliez plus de recharger votre mobile, de nourrir le poisson rouge et d’arroser les plantes avant de partir.

Vous mettez des petits drapeaux danois sur votre porte pour indiquer que c’est votre anniversaire.
Au Danemark, point de fleurs ou de ballons pour célébrer un événement : on utilise plutôt le Dannebrog, le drapeau national danois, qui fait la fierté de sa population (photo ci-dessous). Année après année, vous vous habituez petit à petit à cette sensation d’invincibilité grisante lorsque vous trônez près d’un drapeau national sans avoir à porter un un gilet pare-balles.

Vous utilisez des cosmétiques qui ne sentent rien.
La majorité des Danois est allergique à une majorité de choses. Ainsi, votre savon, shampooing, lotion pour le corps ou déodorant sont des produits anallergéniques qui ne sentent rien et n’ont pas de couleur… Mais parfois, trop empreint de nostalgie, vous aimez pêcher et vous adonner au plaisir non dissimulé d’un petit spray de parfum, les narines frémissantes et le regard diabolique.

Vous dormez sans somnifères, et prenez rarement des médicaments.
Après votre dernière opération (une re-section des intestins), on vous a renvoyé chez vous avec un cachet de paracétamol, en vous indiquant comment l’utiliser si jamais vous aviez mal. Vous avez – douloureusement – fini par comprendre que les médecins ne vous donneraient pas de morphine ni même de codéine, « parce que c’est pas bien ». Ici, c’est à la dure, et on prend sur soi.

Vous avez déjà eu la Roskildesyge, la maladie de Roskilde.
Plus communément appellée maladie de Norwalk, cette maladie est une charmante gastro-entérite virale (norovirus) extrêmement contagieuse, caractérisée par 24 à 48 h de vomissements et diarrhée permanents et très violents. Par expérience, vous savez que c’est un très mauvais moment à passer, mais que 2 jours plus tard, c’est fini.

Vous êtes allé au Roskilde Festival.
Non pas pour avoir la diarrhée (voir ci-dessus), mais parce que c’est un genre de « Woodstock » danois (photo ci-dessous), un grand festival de rock absolument incontournable, surtout si vous aimez la foule, boire beaucoup ou courir à poil lors de la Nude Race.


Vous ne vous étonnez plus qu’il fasse nuit à 15 h en hiver et que le soleil se lève à 4 h du matin en été.
C’est non sans nostalgie qu’en hiver vous aimez désormais admirer le coucher de soleil à 14 h 52 sous la neige. Les 5 mois de la saison froide ne vous effraient plus, grâce au hygge, la culture du confort extrême à la danoise (plus d’informations prochainement). En revanche, en été vos lunettes de soleil sont prêtes sur votre table de nuit pour affronter le soleil en plein dans les yeux quand vous vous levez le matin : au Danemark le soleil n’est pas « en haut », mais « sur le côté », en plein dans les fenêtres (merci à la proximité du cercle polaire).

Vous ne vous étonnez plus quand votre banquier ou votre médecin vous donne rendez-vous le matin à 7 h.
Les Danois sont des lève-tôt, voire des lève-très-tôt. Les journées de travail commencent souvent à 7 h, et c’est tout naturellement qu’on vous donne rendez-vous aux aurores, car vous êtes sensé vous lever à 5 h du matin tout guilleret et en pleine forme. Heureusement, vous avez fini par prendre le rythme en vous couchant tous les soirs à 18 h.

Vous vous levez à 6 h du matin quand vous devez appeler le médecin.
Au bout de quelques temps au Danemark, vous aurez compris que la plupart des secrétaires médicales ne prennent les appels téléphoniques que très tôt le matin…

Vous savez que c’est l’heure de pointe le vendredi à 14 h et que les magasins ferment le samedi à midi.
Comme vous voulez éviter la cohue du vendredi parce que les gens sortent plus tôt du travail ce jour-là, et que n’avez pas envie de faire vos courses le samedi matin – pour cause de grasse matinée – vous avez pris l’habitude de faire votre shopping le jeudi !

Vous arrivez toujours à l’heure.
Si en France, arriver en retard est tout à fait normal, cela est considéré comme un affront au Danemark. Au bout de plusieurs années, et sans avoir eu besoin de régler votre montre 30 minutes en avance, vous avez enfin compris que Thorbjørn quittera votre lieu de rendez-vous si vous n’arrivez pas dans les 10 minutes. En effet, après avoir fait 1 h de vélo, il trouvera extrêmement grossier de votre part que vous le fassiez poireauter pour rien dans la tempête de neige.

Vous râlez quand le bus a 2 minutes de retard.
Quelle ne fut pas votre surprise en voyant que mêmes les bus ont des horaires stricts ! Seulement voilà, vous avez fini par vous habituer à cette étrange commodité, et pestez si votre bus est coincé dans la neige pendant 2 minutes, quelle honte !

Vous ne vous énervez plus pour que les choses soient faites.
En France, vous aviez l’habitude de sortir de vos gonds et de menacer vos interlocuteurs lors de dysfonctionnements administratifs par exemple. Mais vous avez compris que chez les peuples du froid, la technique des vocalises et gesticulations ne fonctionne pas et désormais vous prenez votre mal en patience.

Vous n’êtes plus choqué de voir des choses olé-olé.
Le Danemark est un pays très libertaire en matière de sexualité. Ainsi, vous ne vous étonnez plus de voir les programmes tels que « comment les lesbiennes font l’amour » ou « les sex-toys de l’année » le dimanche matin par exemple, ni de trouver des magazines porno dans n’importe quelle superette au coin de la rue.

Vous avez trouvé l’âme soeur.
Après un certain temps dans cette contrée aux moeurs étranges, vous avez réussi à séduire un Danois !

Vous vous posez des questions sur le permis de séjour.
C’est d’ailleurs peut-être parce que vous avez trouvé l’âme soeur (voir ci-dessus) que êtes venu(e) vivre au Danemark, en tant qu’immigré(e) dans la catégorie « regroupement familial ». Profitez-en bien tant que vous avez encore un permis de séjour, ou justement tant que l’état ne sait pas que vous êtes là en tant que « touriste » sans permis de séjour…

Par Marie-Sophie Germain

Publicités

3 réflexions sur “Vous savez que vous avez vécu longtemps au Danemark quand…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s