Suède : trop d’enfants immigrés placés dans des écoles spéciales par erreur


Plusieurs agences gouvernementales ont critiqué une trentaine de municipalités suédoises pour avoir placé des enfants dans des écoles spéciales (établissements pour « enfants ayants des besoins spéciaux ») alors qu’ils n’en avaient pas besoin. Selon l’Inspection Scolaire (Skolinspektionen), ces municipalités ont fait preuve de sérieuses lacunes en matière de bases juridiques.

Les résultats de l’enquête, qui selon la directrice de l’agence Ann-Marie Begler sont « très choquants », montrent que beaucoup d’élèves sont placés dans des écoles spéciales selon des motifs douteux. Les enfants immigrés seraient particulièrement sur-représentés, avec une proportion qui a augmenté de de 1% à 1,4% depuis 15 ans. Il y a environ 12 000 élèves dans ces écoles.

L’agence craint que les mauvaises méthodes d’évaluation des municipalités aient mal jugé les problèmes que les nouveaux arrivants peuvent avoir à l’école. Apparemment, ces municipalités n’ont pas encore trouvé le moyen de faire des évaluations correctement et de prendre les bonnes décisions à propos des enfants qui doivent être envoyés dans des écoles spéciales, en accord avec la loi. C’est donc contre la loi en ce qui concerne les étudiants mais aussi les parents, et les municipalités semblent prendre leur tâche à la légère.

Une proposition a été faite, déclarant que c’est le Conseil de la région qui devrait prendre en charge les évaluations psychologiques et médicales, au lieu des municipalités. Begler refuse de faire des spéculations quant au nombre d’enfants qui ont été envoyés dans des écoles spéciales par erreur : « ca n’est pas parce que tous les parents qui ont des enfants dans des écoles spéciales vont être terriblements inquiets que leur enfants aient été placé par erreur, mais parce que nous devons être sûrs que ces enfants sont correctement évalués et qu’ils aient accès à la scolarisation à laquelle ils ont droit. » Elle ajoute que les parents qui sont inquiets à propos du placement de leur enfant en école spéciale peuvent demander à ce que ceux-ci soient ré-évalués.

Ces lacunes sur l’évaluation des élèves sont une violation de la Convention des Nations Unies sur les Droits de l’Enfant, selon l’organsisation Save the Children. Dans l’article 3 de cette convention, il est établi que l’intérêt de l’enfant arrive toujours en premier, et il a été clairement établie que la Suède n’est pas à la hauteur.

Par Marie-Sophie Germain
Source : The Local

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s